Dehors peste le chiffre noir

  • Allegro Théâtre, 14 février 2010

    allegro14fevrier2010
  • France 3 Nord-Pas de Calais, mardi 1er décembre 2009

    mardi 1er décembre 2009

  • La Gazette Nord Pas de Calais - janvier 2010

    gazettejanvier2010
  • La Terrasse - Entretien sur dehors peste le chiffre noir, jeudi 1er octobre 2009

    « La polyphonie du temps présent »

    Ils sont ensevelis sous le manque d’argent, confrontés au surendettement. Dans dehors peste le chiffre noir, l’autrichienne Kathrin Röggla tisse leurs témoignages. Eva Vallejo, metteur en scène, et Bruno Soulier, compositeur, font entendre leurs paroles.

    Comment Kathrin Röggla aborde-t-elle la réalité économique et sociale du surendettement ?

    Eva Vallejo / Bruno Soulier : Elle a travaillé à partir d’enquêtes menées auprès de toutes les couches de la société touchées par le surendettement. Elle ne compose pas un théâtre purement documentaire car l’écriture transcende la juxtaposition de témoignages pour construire une parole chorale. Au souci d’analyse d’un phénomène contemporain répond celui de sa traduction formelle dans une langue très construite, à la fois reflet des milieux sociaux observés et produit artificiel.

    Qu’est-ce qui vous a séduit dans cette écriture ?

    E. V. / B. S. : Son propos, sa choralité, sa créativité, son cynisme, son empathie, sa distance, son absence de didactisme et de tout misérabilisme, son jeu entre onirisme et absurde… Le texte propose un matériau riche et très construit, sorte de rubik’s cube débridé qu’il nous est loisible de décomposer, démonter et réassembler, pourvu qu’on évite la leçon de morale ou la victimisation.

    « L’écriture transcende la juxtaposition de témoignages pour construire une parole chorale. »

    Comment traitez-vous cette « polyphonie » scéniquement ?

    E. V. / B. S. : La choralité traduit à la fois l’interpénétration entre espace individuel et collectif, sphère publique et sphère privée, et le questionnement porté sur la marge de liberté de l’individu dans sa relation avec l’autre. Il s’agit donc là de déployer une chorégraphie organisant le corps et la parole des uns et des autres au sein d’une scénographie entre salon intime et univers de bureaux.

    Comment travaillez-vous cette partition avec les acteurs ?

    E. V. / B. S. : L’interprète doit aborder une multiplicité de personnages et construire en même temps son parcours au cœur d’une mise en scène chorale qui le convoque en permanence sur le plateau, glissant d’une parole individuelle à une parole collective, d’un code de jeu à un autre, du dedans au dehors dans la plus grande fluidité. Une très grande importance est donnée au travail rythmique, en relation directe avec l’écriture musicale.

    Propos recueillis par Gwénola David

    dehors peste le chiffre noir, de Kathrin Röggla, mise enscène d’Eva Vallejo, musique de Bruno Soulier. Du 17 au 20 novembre 2009 au Palace/CDN de Béthune

  • La Terrasse, dimanche 10 janvier 2010

    Après La Mastication des morts en 2007, Eva Vallejo et Bruno Soulier reviennent au Théâtre du Rond-Point avec un texte de l’auteure autrichienne Kathrin Röggla. La comédienne-metteure en scène et le pianiste-compositeur signent un oratorio théâtral aux lignes rigoureuses et ironiques.

    «Par le mot et le son, parler de l’homme aujourd’hui, de ce qui fonde son identité». Telle est la devise de L’Interlude Théâtre / Oratorio, compagnie créée en 1994 par Eva Vallejo et Bruno Soulier. Fondant leur univers artistique sur la rencontre de musiques originales et de textes d’auteurs contemporains — Yves Ravey, Patrick Kermann, Philippe Minyana… —, les deux artistes nordistes (leur structure est basée à Lille) travaillent à nourrir le théâtre par la musique et la musique par le théâtre. Ainsi, dans Dehors peste le chiffre noir, cinq comédiens (Catherine Baugué, Lucie Boissonneau, Alexandre Lecroc, Pascal Martin-Granel, Eva Vallejo) partagent le plateau avec un guitariste (Ivann Cruz), une violoniste (Léa Claessens) et un pianiste (Bruno Soulier). Ils le font de manière tenue, exigeante, donnant naissance à un oratorio théâtral à la fois coupant et spirituel. Coupant : de par l’obscurité parfois inquiétante de la scénographie, de par les perspectives sur la société de consommation que dessine le texte de Kathrin Röggla. Spirituel : de par la singularité et la finesse dont fait preuve l’auteure autrichienne.

    Une suite de variations sur l’argent et le surendettement

    Conçu à partir d’une série d’interviews menées, en Allemagne et en Autriche, auprès de personnes endettées, d’organismes bancaires, de conseillers en rachat de crédit…, Dehors peste le chiffre noir multiplie les points de vue sur les problématiques liées à la suprématie de l’argent, à la paupérisation des classes moyennes et populaires, à l’accroissement des situations de surendettement. Ceci, sans jamais développer de discours manichéens, convenus ou moralisateurs. Et, c’est là l’une des grandes forces de ce spectacle : parvenir à interroger ces thématiques en évitant d’emprunter les sentiers battus des documentaires télévisuels. A travers une suite de saynètes échappant à la notion de personnage, le texte de Kathrin Röggla traite ces sujets comme de biais, avec acuité et ironie. Dehors peste le chiffre noir ne donne ainsi ni dans les grandes professions de foi, ni dans les dénonciations sentencieuses, mais s’amuse à pointer du doigt certains détails de nos vies pour en éclairer les impasses et les contradictions.

    Manuel Piolat Soleymat

  • La terrasse, jeudi 1er octobre 2009

    Entre ironie et empathie, entre voix etmusiques, entre sons et sens, la pièce de Kathrin Röggla mise en scène et en musique par Eva Vallejo et Bruno Soulier explore le problème du surendettement.

    Le théâtre de l’autrichienne Kathrin Röggla, essayiste et journaliste vivant à Berlin, s’empare de l’actualité économique et sociale la plus récente en créant un théâtre documentaire fondé sur des témoignages qu’elle tisse en les retravaillant afin de créer une parole chorale. dehors peste le chiffre noir s’intéresse aux nombreuses victimes du surendettement, que la crise a durement frappées. Outre les personnes, plusieurs organismes bancaires ainsi que des conseillers en rachat de crédit ont aussi été interrogés. Eva Vallejo, metteur en scène, et Bruno Soulier, compositeur, font entendre cette parole dans un théâtre oratorio où voix parlée et musique se rejoignent. Créée à la Comédie de Béthune, la pièce évite les pièges du misérabilisme et du didactisme au fil d’une langue très construite, explorant divers milieux sociaux et diverses histoires personnelles, et combinant empathie et ironie face au réel et aux existences bouleversées par la crise. Le travail musical, le langage théâtral et l’engagement corporel se mêlent pour tenter d’élaborer une jonction poétique, où les interprètes glissent d’une parole individuelle à une parole collective, d’un code de jeu à un autre. « La choralité traduit à la fois l’interpénétration entre espace individuel et collectif, sphère publique et sphère privée, et le questionnement porté sur la marge de liberté de l’individu dans sa relation avec l’Autre. »précise Eva Vallejo. Le rythme des corps, des mots et de la musique fait partie intégrante d’un imaginaire théâtral où chaque acteur interprète une multiplicité de personnages, pour une polyphonie foisonnante et critique.

    Agnès Santi.

  • La Voix du Nord, vendredi 8 janvier 2010

    le surendettement menaçant l'humanité
    La patte d'Eva Valejo et Bruno Soullier s'est posée sur la scène du théâtre de l'Idéal...

    Avec Dehors peste le chiffre noir , c'est bien l'esprit de la compagnie L'Interlude T/O qui souffle. Metteurs en scène et metteur en son de la compagnie le savent, le texte proposé était du domaine du pari risqué. On n'est pas ici dans le principe de la narration classique, pas de personnages déterminés, d'histoire simple. Au détour de soixante-dix saynètes, le texte de Kathrin Röggla passe au scalpel des mots la question du surendettement. Lorsqu'elle est tombée sur le texte - qui n'a jamais été monté en France - il y a plus de deux ans, la crise n'avait pas encore fait ses ravages. Le surendettement, ça intéresse qui ?

    Aujourd'hui, le texte est d'une actualité désarmante.

    L'auteure essaye de ne pas juger, elle se contente de constater, de se placer du côté des surendettés mais aussi de ceux qui gèrent, de ces organismes de crédit où travaillent des gens. Pousser à la consommation des autres, seul moyen apparent de garder son propre travail. Mais avec bonne conscience quand même. « On n'est pas un monstre », martèle un des personnages en séance d'autodéculpabilisation.

    Pour mettre en espace cette espèce de « rubik's cube débridé », comme l'appellent ses concepteurs, il faut tout le talent de l'équipe et du scénographe Hervé Lesieur. On assiste à une véritable chorégraphie des mots et des corps. Une danse comme le font les chiffres quand il s'agit de gérer nos comptes, nous débiter, nous créditer, nous embrouiller. L'auteure ne nous donne pas de réponses, elle nous aide juste à nous poser de (justes ?) questions. Est-ce qu'on est seulement parce qu'on a ?

    Et l'on ressort de la pièce en se demandant s'il y a un moyen de faire autrement. Au fil de la pièce, il est parfois difficile de rester concentré, mais cela revient vite et l'on est rattrapé par des moments de poésie, des images fortes et quelques trouvailles liées au travail d'éclairage de Xavier Boyaud, digne des oeuvres de James Turrell. Comme toujours, Bruno Soulier signe la musique en direct avec le guitariste Ivann Cruz et la violoniste Léa Claessens.

    Christian Vincent

  • Le JDD - 16 janvier 2010

    JDD16janvier2010

    Annie Chenieux

  • Les trois coups, lundi 1er février 2010

    Un « monstre moussu »

    Nouvelle création de la Cie L’interlude T/O, « Dehors peste le chiffre noir », texte de la jeune auteure autrichienne Kathrin Röggla, sonne singulièrement juste en cette période de crise mondialisée. Sous la forme d’une tragédie chorale sur le surendettement, Eva Vallejo et Bruno Soulier mêlent paroles et musique, social et poétique.

    Les précédents spectacles d’Interlude T/O – T/O pour « Théâtre-Oratorio » –, Inventaire et la Mastication des morts, se sont distingués par le caractère symphonique de leur forme. Pour Eva Vallejo et Bruno Soulier, la mise en jeu d’un texte se fait à la fois de manière spatiale et sonore : la musique, toujours composée pour l’occasion et interprétée en direct, est un élément fort de la scénographie globale, et se voit doublée d’une sonorisation contemporaine plutôt pointue – Bruno Soulier cite Steve Reich et Pierre Schaeffer dans la liste de ses inspirateurs. Dehors peste le chiffre noir ne déroge pas à la règle et va même encore plus loin dans la fusion du mot et de la note.

    Il faut dire que le texte de Kathrin Röggla est idéal pour ce genre d’expérience. Composé comme un micro-trottoir glané dans les rues de Linz et de Berlin, il regroupe soixante-dix scènes sans personnages, identifiables uniquement grâce à un numéro. La liberté laissée ainsi par l’auteure permet aux deux metteurs en scène d’en faire à loisir des monologues, des dialogues, des psalmodies ou des chœurs. En l’occurrence, ils ont choisi cinq comédiens pour incarner ces mille et une voix possibles, ces actualisations différentes d’un même chœur, ces assemblages et désassemblages permanents de témoignages.

    L’espace scénique, dégagé – si l’on excepte la présence des musiciens au fond de cour et jardin – et anonyme permet à ces rencontres d’advenir. En fond de scène, comme dans un couloir d’administration froid et impersonnel, se dresse un mur de portes semi-opaques en Plexiglas déformant, derrière lesquelles se réfugieront et se distordront parfois les comédiens.

    La mise en scène est alerte, rythmée, physique. L’éclatement du jeu et des comédiens qui passent d’une scène à l’autre dans une urgence des corps procure à l’ensemble une tension qui sied bien au propos. Dans le texte, les ruptures de ton sont également fréquentes et bien amenées. L’œuvre, remarquablement écrite, poétique, imagée et violente, ne porte pas de jugement, mais éclaire une situation souvent honteuse, un « monstre moussu » abstrait qui se tapit dans le noir et grignote lentement l’existence.

    Les cinq comédiens, qui différent les uns des autres par l’âge, le physique, la voix et la technique de jeu, représentent le spectre social et générationnel de tous ceux qui peuvent être concernés par ce drame. Pas une unité, mais une choralité, souligne Eva Vallejo, qui fait partie de la distribution. Avec une énergie et une conviction communicatives, les acteurs empoignent, même si ce n’est que pour quelques secondes, ces identités à bras-le-corps pour être tour à tour le contrôleur des comptes, le représentant de la société d’électricité, la femme accro à la vente par correspondance ou l’employé de banque. Tous les drames ordinaires de gens seuls et réunis par leur solitude dans le grand marché monétaire.

    Sarah Elghazi

  • Libération, jeudi 21 janvier 2010

    «Révolté et douloureux, mais aussi drôle car désespéré. [...] Dehors peste le chiffre noir est d’une remarquable cohérence artistique. Et politique.» Grégoire Biseau

    libe_janvier_2010

  • Sortir, jeudi 7 janvier 2010

    Dehors peste le chiffre noir, ou la vie à crédit

    Dénonciation de l’horreur économique, du surendettement et de l’aliénation sociale qui en découle, ce plaidoyer anti-capitaliste de Kathrin Röggla est magistralement monté par l’Interlude T/O

    Au bal du surendettement, nous sommes tous invités à constater que la « substance de l’argent » qui a envahi nos vies ne lui a pas donné un supplément d’âme, que c’est même tout le contraire. On savait depuis Proudhon que « la propriété, c’est le vol », mais que dire d’une société qui a institutionnalisé la possession au point de renvoyer à ses marges tous ceux qui ne répondent pas aux critères de profits maximums qu’elle s’est fixé ? «Chômeurs, gens du bâtiment, accidents de la vie, congés maladie, assistés sociaux, femmes d’indépendant, victimes du cautionnement, farfadets de la finance, rombières accros à la vpc (rombières compulsives) (…) Top salaires, leaders du marché mondial, le génie de la vente, monsieur superanalyste, madame pouvoir médiatique (…) Coupeurs de courant, contrôleurs sociaux, les mômes à cartes… » ils sont tous là, convoqués par Kathrin Röggla et sa langue subversive, décapante, poétique, humoristique et musicale.


    Quand on a des dettes…

    Pour écrire sa pièce la plus documentaire, l’auteur et ancienne journaliste autrichienne Kathrin Röggla a mené un travail d’enquête à Berlin et Linz auprès de personnes endettées, d’organismes bancaires, de conseillers en rachat de crédit et de spécialistes en conseil juridique. L’originalité de ce texte polyphonique réside à la fois dans son sujet, prémonitoire à la date de création de la pièce en 2005, mais aussi dans une écriture qui confine à l’envoûtement. Répétitions, leitmotiv, phrases courtes, rythme hoquetant, épuisant, car langage de gens épuisés par une overdose destructrice de consommation absurde et galopante. Pas étonnant qu’Eva Vallejo (metteur en scène) et Bruno Soulier (compositeur) aient été touchés par ce texte qui se prête merveilleusement au travail qui est le leur depuis la création en 1994 de L’Interlude T/O et du concept de Théâtre/Oratorio, incarner avec le corps et la voix des acteurs une vision tragique du monde contemporain porté par le son articulé ou chanté des mots. Pour questionner la forme théâtrale au-delà des rapports théâtre/musique, ils repoussent les frontières de la voix parlée et de la voix chantée et tissent un lien à travers l’écoute, entre le corps et la voix. Voix de l’acteur, corps de l’acteur, mais aussi du spectateur qui est comme happé par les cinq comédiens dont on peut saluer la performance d’acteur, et qui évoluent tels des danseurs dans un décor de verre et d’acier - bureau, hall de banque ou magasin - et dialoguent avec trois musiciens sur une musique hypnotique composée par Bruno Soulier et que n’aurait pas renié la musique répétitive américaine.

    Françoise Objois

  • Télérama ***, mercredi 10 mars 2010

    sc0007c63a

    Daniel CONROD

Back to top